- PAROLE DE FEMME - AMOUR

Apprivoiser les changements de mon corps pendant ma grossesse

Amour. C'est son prénom...

Elle porte un petit trésor. Elle s'épanouit, elle semble heureuse. Pourtant, une petite voix en elle, qu'elle ne maîtrise pas, lui fait croire qu'elle doit faire attention à son poids. Devant son ventre qui s'arrondie, elle oscille entre émerveillement et inquiétude. Et moi je l'observe, je la trouve si belle, si douce avec son sourire enfantin, sa délicatesse et ses inquiétudes de jeune femme, de future maman. 

Alors j'ai eu envie de lui prêter mes yeux, pour lui permettre de se voir telle que je la vois, à travers l'objectif. 

Et pour mon plus grand plaisir, Amour témoigne, avec ses mots et partage un petit morceaux d'elle ici.

Sandra

Les semaines défilent... rien de très concret, tout est si abstrait... il est encore trop tôt pour ressentir la petite graine qui germe en moi; Et par conséquent conscientiser ma grossesse.

 

Je vois ma poitrine, mon ventre, puis mes hanches qui commencent à s'arrondir. Je suis à peine à 3 mois.

 

Ma vie suit son cours avec un rythme soutenu. Vivre à 100 à l'heure ...

Ai-je tout simplement pris du poids ? Vais-je réussir à prendre soin de mon bébé dans ce corps étroit, confus, que j'ai tant de mal à accepter, voir respecter ?

 

Je le sais, mon corps, c'est sa maison, son cocon, c'est mon devoir de veiller aux dangers, aux intempéries. La culpabilité prend le dessus.

 

Le rituel de la balance devient plus fréquent, pour ne pas dire obsessionnel.

Le contrôle de ma vie passe par la pesée journalière. Rien de tel pour donner la sensation de tout contrôler ! Une illusion montée de toutes pièces par mon mental probablement. C’est pourtant si rassurant.

Ma grossesse avance, les chiffres de la balance montent tel un ascenseur bloqué en haut d'une tour. Je reste impuissante face à cette montée en flèche.

 

Il faut ralentir le rythme… « prenez soin de vous », « faites du sport mais tout doux ».

La fonction du sport n'est pas la même à présent. L’activité physique ne « doit » plus servir à brûler, réajuster, combler... Mais uniquement à contribuer au bien-être de mon bébé et au mien. Autant dire que l'enjeu n'est pas discutable.

Il est temps de baisser les armes. Mon corps évolue encore, mon bébé va bien. 

Ma petite voix intérieure me dit : « Amour, mets toi en veille, n'oublie pas ta petite graine qui pousse. S’épanouie en toi. Vis l'instant présent. Ton corps c'est son jardin sous un jour de printemps, pas un champ de bataille ».

 

Depuis , je savoure les étapes sans trop me regarder en large et en travers… 

Sous le soleil de janvier, ma soeur m'a proposé une séance photo pour immortaliser cette étape clé de ma vie de femme. Ma grossesse. 

Me dévoiler, mettre en évidence mon corps est une épreuve, mais j'ai confiance.

De bonnes énergies circulent dans la pièce, de la bienveillance, de l'amour et de la douceur . 

La complicité est au rendez-vous, une ambiance paisible règne.

Cet instant est comme une parenthèse. La peur du jugement s’est estompée, particulièrement à la vue des clichés au fur et à mesure.

Cette jeune femme en harmonie avec son corps, son enfant quelle porte, est-ce moi ?

Merci à ma grande soeur Sandra pour sa bienveillance et son travail. 

Visualiser les clichés est un bon outil en cas de doute, de crainte ... C'est thérapeutique !! 

Qui aurait cru que j'apprécierai un jour me contempler ? Pas moi en tout cas !

AIMER . COMMENTER . PARTAGER

 AUX SABLES D'OLONNE ET PARTOUT AILLEURS